L’Élite sous la mitraille: les normaliens, les mathématiques et la Grande Guerre, 1900-1925
Publié le 10/10/2018
Résumé

« La grande mortalité de jeunes mathématiciens pendant la Première Guerre mondiale a-t-elle eu un impact négatif sur le développement de la discipline en France ?

Trop jeunes pour avoir combattu, les mathématiciens qui ont fondé le célèbre collectif « Bourbaki » dans les années 1930 le pensaient, et ils sont en grande partie responsables de la popularité de cette opinion.

C’est en voulant tester sa pertinence historique que ce livre a cherché à mieux connaître la vie, l’œuvre et la mort des normaliens mathématiciens tués pendant la guerre, ainsi que la manière dont a été construite, puis entretenue leur mémoire.

Tout en s’appuyant sur une très riche variété de sources, il esquisse une réflexion originale sur l’émergence d’une pensée de l’élitisme républicain en partie basée sur les mathématiques. »

L’Élite sous la mitraille: les normaliens, les mathématiques
et la Grande Guerre, 1900-1925

Par David Aubin, avec une préface de Claude Viterbo

On pense souvent que la grande mortalité de jeunes mathématiciens pendant la Première Guerre mondiale a eu un impact négatif sur le développement de la discipline en France.

Trop jeunes pour avoir combattu, les mathématiciens qui ont fondé le célèbre collectif « Bourbaki » dans les années 1930 le pensaient, et ils sont en grande partie responsables de la popularité de cette opinion.

C’est en voulant tester sa pertinence historique que ce livre a cherché à mieux connaître la vie, l’œuvre et la mort des normaliens mathématiciens tués pendant cette guerre, ainsi que la manière dont a été construite, puis entretenue leur mémoire.

En s’appuyant sur une très riche variété de sources d’archives et imprimées, ce livre brosse un tableau extrêmement vivant de la formation des jeunes mathématiciens de l’École normale supérieure avant-guerre et les premières années de leur carrière d’enseignants et de chercheurs.

Il explore l’impact du conflit sur la vie mathématique, y compris celle des blessés et des détenus. Il retrace comment on a lentement substitué au souvenir d’une œuvre mathématique plus ou moins remarquable et d’une conduite exemplaire sous le feu ennemi, souvent à la tête de petites sections de mitrailleurs, une mémoire statistique qui ne finit par retenir que le nombre des morts.

Il esquisse, enfin, une réflexion originale sur l’émergence d’une pensée de l’élitisme républicain en partie fondée sur les mathématiques.


Sommaire

Préface, par Claude VITERBO

Avant-propos

1. L’incompréhensible hécatombe

2. Deux thèses historiographiques à propos des sciences mathématiques de l’entre-deux-guerres

3. Les pertes dans l’enseignement supérieur : analyse quantitative

4. La vie mathématique des normaliens avant guerre

5. Œuvres interrompues : approche prosopographique

6. Des pertes non fatales : prisonniers, blessés et aliénés

7. La guerre des normaliens

8. Mémoires normaliennes pendant la guerre : construction

9. Mémoires normaliennes de la Grande Guerre. 1919-1925

Conclusion

Notes

Bibliographie

Liste des figures et tableaux

Remerciements

Index
David AUBIN

2018
Format : 11,5 x 21 |   Nb pages : 374
ISBN-978-2-7288-0603-4
25.00 €

 

 

 
 
 
 
 
Dernières publications