Prix Abel 2018 pour R. Langlands | CultureMath
Prix Abel 2018 pour R. Langlands
Publié le 21/03/2018

Le prix Abel 2018 a été décerné à Robert P. Langlands.

http://www.abelprize.no/aim/dnva/89/54/storage/file.image.jpg/Scale?geometry=320x530

C’est un prix qui avait été prévu pour la commémoration des 100 ans de la naissance du mathématicien norvégien Niels Henrik Abel (1802-1829). L’idée était portée en particulier par Sophus Lie, un autre grand mathématicien norvégien (1842-1899) qui mourut trop tôt pour faire aboutir le projet pourtant soutenu par de nombreux mathématiciens de l’époque.

Description de cette image, également commentée ci-après

Il faudra attendre 100 ans de plus pour que le prix Abel voie finalement le jour. Il est décerné depuis 2003 par l’Académie norvégienne des sciences et des lettres, fondée en 1857 à Oslo et qui comporte environ 400 membres, sciences et humanités confondues, dont un peu moins de la moitié sont des membres étrangers, les autres étant norvégiens.

Le comité de sélection est composé de cinq mathématiciennes ou mathématiciens internationaux, présidés par un membre de l’Académie élu pour quatre ans. Les autres membres sont désignés par l’International Mathematical Union (IMU) and the European Mathematical Society (EMS) pour deux ans, renouvelables une fois. Par exemple, la française Marie-France Vignéras de l’Institut de Mathématiques de Jussieu à Paris est actuellement dans le Comité Abel.

 http://www.abelprize.no/aim/dnva/83/97/storage/file.image.jpg/Scale?geometry=130x220

Le prix Abel récompense des travaux qui ont essentiellement permis de résoudre des problèmes phares des mathématiques ou qui ont ouvert des voies nouvelles qui ont engendré des développements significatifs :

The Abel Prize is an international prize for pioneering scientific efforts in the field of mathematics, including mathematical aspects of information technology, mathematical physics, probability theory, numerical analysis and computational science, statistics and applications of mathematics in other sciences. The main objective of the Abel Prize is to recognize scientific contributions that are of exceptional depth and significance for the field of mathematics. Such work may have resolved fundamental problems, created powerful new techniques, introduced unifying principles or opened up major new fields of research. One of the goals of the prize is to see it awarded over the years to a broad range of different fields in the subject area of mathematics

Le prix est décerné en mars-avril chaque année par le roi de Norvège et est doté d’environ 6 millions de couronnes norvégiennes, soit un peu plus de 600 000 euros.

Le premier à obtenir le prix fût le mathématicien français Jean-Pierre Serre pour ses travaux en géométrie algébrique et en théorie des nombres. Parmi les autres français célèbres il y eut aussi Jacques Tits en 2008 pour ses travaux sur la théorie des groupes, Mikhaïl Gromov en 2009 pour ses travaux en géométrie, et en 2107 Yves Meyer pour ses travaux sur les ondelettes.

Qui est  Robert Langlands ?

"Grand Unified Theory of Math" Nets Abel Prize

R. Langlands est né le 6 octobre 1936 en Colombie Britannique au Canada (c’est la province frontalière des USA la plus à l’ouest du Canada). Il a soutenu son doctorat à l’université de Yale en 1960. À maintenant 81 ans il continue à travailler à l’Institute for advanced studies (IAS) à Princeton où il a le bureau qui fût celui de Albert Einstein !

Langlands a conçu un programme de recherche dont la première version a vu le jour en 1967 alors qu’il était un jeune mathématicien en visite à l’IAS. Le point de départ, dont Langlands partagea la visée dans une lettre devenue célèbre avec le mathématicien français André Weil, était une façon de voir des liens entre deux domaines apparemment indépendants : la théorie des nombres et l’analyse harmonique. Ainsi, un problème qui semble impossible à résoudre dans un domaine devient plus facile à appréhender dans un autre. Et cette connexion révèle que des champs a priori complètement dissociés des mathématiques communiquent à un niveau d’abstraction adapté et que des concepts forgés dans des situations très différentes permettent d’appréhender ou de construire une réalité mathématique commune.

Ces idées ont été à l’origine d’immense développements mathématiques un peu partout dans le monde et ont permis de résoudre de nombreuses conjectures restées jusque-là impénétrables.


Pour ceux qui veulent aller plus loin et se faire une idée des mathématiques dont il est question, on peut lire une introduction en Anglais en suivant ce lien et le Bulletin of the American Mathematical Society propose un article de Julia Mueller (janvier 2018) sur « la genèse des conjectures de Langlands et sa lettre à Weil » : On the genesis of Robert P. Langlands’ conjectures and his letter to André Weil.

On peut aussi relire l'article LEMME FONDAMENTAL ET CONJECTURE PRINCIPALE sur Image des Mathématiques ...

 
 
 
 
 
Dernières publications