Commencer sans rien connaitre : écrire des maths en TeX tout de suite !

Dans ce mini article on apprend comment insérer du LaTeX dans n'importe quel document. Le but n'est pas de créer un document en TeX mais de savoir écrire des formules simples que l'on pourra transformer ou pas en une jolie image.

Il y a 2 positionnements de base pour une formule mathématique : en ligne, c'est-à-dire incluse sur la même ligne que les mots qui l'entourent, ou centrée, c'est-à-dire isolée dans une ligne à part. On dit souvent "centrée" mais on verra que ces formules peuvent être positionnées comme on le désire.

Pour distinguer les deux positions on place les formules dans deux types de  champs délimités par des expressions particulières :

  • $ formule $ pour une formule en ligne
  • \[ formule \] pour une formule centrée. 

Ce qui donne :

Ici on illustre le mode en ligne, la fonction $f$ étant définie par $f(x)=2x+3$.

Alors qu'ici on utilise les deux mode pour définir $f$ comme suit : \[ f(x)=2x+4 \]

Si on demande à l'interpréteur de créer à partir de ce code une image pour le web ou pour imprimer il créera un document adapté (pdf, dvi, ps, etc.) qui ressemblera à ce qui suit :

Ici on illustre le mode en ligne, la fonction $f$ étant définie par $f(x)=2x+3$.

Alors qu'ici on utilise les deux mode pour définir $f$ comme suit : \[ f(x)=2x+4 \]

En particulier TeX ne se soucie pas des espaces car il les calcule de façon optimale. On se sert donc des espaces pour isoler syntaxiquement des commandes :


$2x+4$ sera donc équivalent à $2             x+    4$, 

mais on fera attention car

"$2x+4$." n'est pas interprété comme "$2x+4$  ."

Le but de ce premier article est de rester à l'étape non compilée, qui est celle que les mathématiciens utilisent tous les jours pour parler de maths par mail par exemple.

On peut tout à fait intégrer des bouts de code dans n'importe quel document et libre au lecteur de les interpréter selon ses besoins.

Dans cette première approche je liste quelques codes pour écrire les formules les plus communes et je donne une adresse pour s'entrainer en ligne et tester ses codes.

Les accolades servent à délimiter des blocs cohérents et n'apparaissent pas après compilation. Ils sont cependant nécessaires pour éviter des écritures ambiguës.

 

1. Quelques formules :

$\frac{1}{2\pi}$ : \frac{1}{2\pi}

$\int_a^b f(x)dx$ : \int_a^b f(x)dx (on verra plus tard des subtilités...)

$e^x$ : e^x

$\ln x$ : \ln x ; de nombreuses fonctions communes s'écrivent avec l'anti-slash (la barre oblique inversée) devant elles : \cos, \sin, \tan

$(u_i)$ : (u_i) les indices

$(u_i)_{i\geq 1}$ : (u_i)_{i\geq 1}, le tiret d'en bas (du 8) pour faire des indices, éventuellement entre accolades.

$\geq$ et $\leq$ : \geq et \leq pour greater or equal  et less or equal, oui c'est en anglais ;)

$\sum_{i=1}^\infty u_i$ : \sum_{i=1}^\infty u_i et oui on peut faire mieux :

$\displaystyle \sum_{i=1}^\infty u_i$ : en ajoutant \displaystyle par exemple... \displaystyle \sum_{i=1}^\infty u_i

$\vec{u}$ : \vec{u}

ou $\overrightarrow{\mathrm{AB}}$ : une flêche qui s'étale et les lettres en romain (droit, alors qu'en maths on est en italiques)

 

Aucun risque de ne pas se souvenir d'une formule : on peut voir le site dessous pour commencer et nous en verrons de multiples autres ainsi que des éditeurs qui apportent des aides à la saisie des maths.

 

2. Plus de formules et un site pour tester ses compositions :

Ici : https://www.codecogs.com/latex/eqneditor.php vous pouvez cliquer sur des symboles pour voir apparaitre le code correspondant et tester vos premières formules. Un simple copier-coller permet de les utiliser ailleurs.


Bien sûr on n'a pas fait le tour de LaTeX qui permet de composer des documents très sophistiqués. Nous y viendrons dans les prochains chapitres.

Mais dès à présent chacun peut taper du code TeX dans ses textes et ses correspondances.

Enfin, s'il est facile de passer du code TeX (universel et libre) à une version image ou wisiwig, il est bien plus difficile de transformer (proprement) une équation créée par un éditeur des grandes suites bureautiques vers TeX.

 

 

 

 

 

 
Retour à l'article: Dossier LaTeX (2 docs)
 
 
 
 
Dernières publications